FOS PROVENCE BASKETBALL
Leaders Cup : Les BYers butent sur Antibes


_NAD6208

 

Les Sharks ont pris le meilleur en fin de match et gardent la tête du Groupe B (64-72).

Les Fosséens recevaient Antibes dans le cadre de la phase de groupes de la Leaders Cup. Comme face à Aix-Maurienne six jours plus tôt, la rencontre a été indécise et le match aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. Mais cette fois, ce sont les Sharks qui ont pris l’ascendant en fin de partie.

Privés de Lucas Hergott (épaule) et Sullivan Hernandez (dos), les hommes de Rémi Giuitta avaient pourtant pris le meilleur en première mi-temps, en s’appuyant sur le début de match canon de Noé-Charles Abouo, auteur d’un 3/3 à 3 points. Toujours de loin, Edouard Choquet à deux reprises a permis à Fos Provence Basket de rentrer aux vestiaires avec 10 points d’avance (42-32).

Mais les Sharks ont rectifié le tir dans le troisième quart-temps en redoublant d’agressivité des deux côtés du parquet pour revenir à hauteur des Provençaux. Tim Blue a alors permis aux siens d’égaliser et de prendre l’avantage en début de quatrième quart.

Comme il l’avait fait sous le maillot de Levallois la saison passée en Jeep Elite, Roko-Leni Ukic a marqué le money-time de son empreinte avec un 3 points et trois lancer-francs qui ont scellé le suspense(64-72).

Rendez-vous dès ce vendredi pour la revanche, du côté de l’Azur Arena d’Antibes !

Ensemble, unis, jusqu’à la victoire ! Let’s Go BYers !

Les stats du match

Le mot du coach, Rémi Giuitta :

« C’est toujours un match compliqué lorsque l’adresse nous fait défaut. On a tenu jusqu’à la mi-temps en étant à 50% à 3 points, ce qui était déjà une grosse perf’. Mais derrière, on a complètement chuté psychologiquement. On est dans l’hésitation permanente, les joueurs se mettent vite dans le doute. On refuse des positions de shoots et on perd en confiance alors qu’on a envie de bien faire et se partager le ballon. Mais on a manqué d’impact. On a proposé un basket assez stérile. Même dans le jeu rapide on a eu du mal à percuter, à finir. Paradoxalement, même en produisant ce basket, on est à un point à 3 minutes de la fin. Il faudra corriger le tir et jouer plus juste offensivement (…) Il ne faut pas se voir trop beau non plus. Il y a énormément de travail, un groupe jeune, deux joueurs absents… On ne peut pas penser qu’il suffit d’entrer sur le terrain pour gagner des matchs face à des équipes qui joueront le haut de tableau comme Antibes ».