Contactez-nous au +33.4.42.05.16.32

Auteur/autrice : Nicolas Sebire

PHILIPPE HAQUET, LE FIDÈLE SOLDAT

Arrivé en Provence en 2009, Philippe Haquet aura livré quatre magnifiques années sous les couleurs « Black&Yellow ». Coéquipier modèle, le poste 3-4 est rapidement devenu une arme indispensable à la bonne tenue de l’équipe de Rémi Giuitta. Avec son style singulier, capable de tout faire et de bien le faire, il reste un joueur emblématique de cette époque.

Philippe, que deviens-tu ?

Je suis installé à Neuville sur Saône près de Lyon où je vis avec ma femme et mes deux enfants. Je joue encore au basket à Prissé Mâcon en NM2 mais certainement pour ma dernière saison de joueur et depuis quelques mois je travaille pour le réseau Stéphane Plaza en tant qu’agent immobilier.

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu gardes de cette époque ?

Les campagnes de Playoffs où après une première saison difficile en Pro B, nous avions été une équipe déterminée et engagée avec des groupes de joueurs et staff complémentaires. Ce sont les meilleurs souvenirs de ma carrière.

Quelle est la particularité du club, quelque chose qui t’as marqué à Fos-sur-Mer ?

Le fonctionnement familiale des hautes sphères du club, des personnes comme Rémi Giuitta, son père Henri et le président Jean-Pierre Barnès qui œuvrent depuis des années maintenant au développement du club. C’est une fierté d’y avoir apporté ma pierre dans mon rôle de joueur.

As-tu gardé contact avec des joueurs ou membres du staff de ton époque ?

Je garde des contacts avec certains joueurs même si j’aimerais en avoir plus ou avec le staff. Néanmoins je sais que c’est un plaisir partagé de se revoir à chaque fois avec les membres du club et j’attends le moment où j’aurais enfin des week-ends à moi pour passer du temps à Fos-sur-Mer.

Quel est le coéquipier qui t’as le plus marqué ?

Mo Hachad sans hésitation, aussi bien sur qu’en dehors du terrain. C’est le joueur dont je me suis senti le plus proche au fil de ma carrière. Mam Dia également pour son aura, sa détermination, sa bienveillance et son hospitalité. Mais mention spéciale pour toute l’équipe 2010/2011 Zay (Bah), Sherman (Gay), Chris (Davis), Louis (Labeyrie), Karim (Atamna), Lee (Cummard), Babou (Cissé) et Hamzou (Ahamadi) qui étaient tous inspirants à leurs façons.

LES BYERS ÉCHOUENT D’UN RIEN À QUIMPER

On s’attendait à un match rythmé entre les deux meilleures attaques de Pro B. Ç’a été le cas avec des formations qui se sont rendus coup pour coup et qui ont, chacune leur tour, rattrapé un déficit de plus de dix points. Nos BYERS , amputés de Bodian Massa et Sulli Hernandez, ont le mieux démarré avec une adresse diabolique, notamment par Kevin McClain. Puis les Quimperois se sont relevés des cordes pour prendre la tête en deuxième période. Les Béliers vont même compter jusqu’à 12 longueurs d’avance avant le dernier acte.

Menés par McClain mais aussi par Jean-Michel Mipoka (24 points), les troupes de Rémi Giuitta vont alors amorcer un come-back. La fin de match est insoutenable avec Bretons et Provençaux qui se tiennent en une possession. Il reste alors 11 secondes et -2 au compteur. La balle revient à l’excellent Kevin McClain (28 points) mais l’arrière rate la cible à trois points. Derrière, Quimper ne laisse pas passer sa chance et inscrit les deux lancers pour plier l’affaire.

Une défaite un poil rageante qui, avec le revers de Blois à Evreux, aurait pu faire de Fos Provence Basket le nouveau leader de la Pro B. Quimper reprend donc la tête avec six victoires et une défaite devant Blois et Denain. Nos BYERS occupent la 4e place. On attend désormais de connaître le choix de la LNB pour la suite de la saison. La décision sera prise le 22 février.

Box score : McClain (28), Dokossi (7), Kaba, Degre, Choquet (5), Burrows (4), Caner-Medley (17), Mipoka (24), Atamna, Diggs (5)

NOS BYERS POUR DES RETROUVAILLES À QUIMPER

Les BYERS semblent bien lancés dans cette course aux premières places. Large vainqueur de St Chamond il y a deux semaines (102-74), Fos Provence Basket a récidivé dimanche dernier contre un adversaire de gros calibre. Denain restait en effet sur six victoires consécutives et surtout, n’avait plus perdu sur son terrain face aux Fosséens depuis la saison 2012/13. Une fin de série qui a permis aux troupes de Rémi Giuitta d’accéder au podium de la Pro B.

Ce vendredi, la tâche s’annonce au moins aussi compliquée pour nos BYERS puisqu’ils se rendent chez l’actuel second, Quimper. Jusqu’au week-end dernier et le choc perdu face à Blois, les Bretons ne s’étaient pas encore inclinés en championnat après cinq journées. Un rendez-vous capital qui s’annonce spectaculaire avec deux équipes portées sur l’attaque et qui sont les plus adroites de Pro B. En cas de victoire, les BYERS passeraient seconds. Et peut-être même premiers si Blois venait à faire un faux pas à Évreux.

Un passif récent :

Evidemment, on a tous en tête la dernière opposition entre les deux formations. C’était le 22 novembre dernier, en finale de la Leaders Cup à Parsemain. Malgré un effectif décimé, Edouard Choquet et sa bande avaient survolé la rencontre, raflant au passage la première Leaders Cup de l’histoire du club. Gare donc à la vengeance des Quimpérois

Un chiffre : 7/05/2019

Une date qui fait peur puisque depuis, Quimper n’a plus perdu dans sa salle. Cela fait donc plus d’un an et demi d’invincibilité à domicile en championnat pour les joueurs de l’ancien international français, Laurent Foirest. On espère que nos BYERS continueront à être ces briseurs de série afin d’empêcher les Béliers de remporter un 15e match d’affilé.

Allan Dokossi

DIRECTION LE PODIUM POUR NOS BYERS

Ils n’avaient plus gagné là-bas depuis huit ans. Mais ces BYERS sont plus déterminés que jamais à retrouver rapidement l’Elite. Et ça passe forcément pas des performances comme celles-ci. Denain, qui restait pourtant sur six victoires de rang, meilleur total de son histoire en Pro B, a, comme prévu, donné du fil à retordre aux Fosséens. Devant à la pause (38-35), les Nordistes n’ont jamais lâché prise, même lorsqu’ils étaient menés 70-62 dans les dernières minutes.

Pour se défaire des joueurs de Denain Voltaire, Edouard Choquet, par un shoot à trois points, puis Allan Dokossi grâce à un petit tir ligne de fond, ont dû prendre les choses en mains. Une fois n’est pas coutume, ce dernier a terminé avec la meilleure évaluation (24) de la rencontre. Son impact dans le money time a été considérable, comme ce contre « à la LeBron James » sur David Skara, parti seul en contre-attaque. Nik Caner-Medley et Kevin McClain ont également été très présents avec 17 points chacun.

Seule ombre au tableau, la blessure à la cheville de Bodian Massa. On espère que le pivot sera suffisant remis pour l’un des chocs de la saison vendredi contre Quimper. Bretons et Provençaux sont les dauphins du nouveau leader Blois, vont nous offrir un remake de la dernière finale de Leaders Cup. Une finale remportée haut la main par nos BYERS.

La tâche s’annonce néanmoins des plus complexe pour Rémi et sa bande puisqu’une statistique concernant les résultats à domicile de Quimper n’a rien de rassurante. Les Béliers n’ont ainsi plus perdu dans leur antre en championnat depuis… le 7 mai 2019, soit plus d’un an et demi ! Rendez-vous vendredi 19h sur LNB TV.

Box score : McClain (17), Dokossi (13), Hernandez, Choquet (9), Massa (2), Burrows (8), Caner-Medley (17), Mipoka (2), Atamna (3), Diggs (6)

NOS BYERS VEULENT STOPPER LA FOLIE DENAIN

Au fur et à mesure de la lente avancée de cette saison si particulière, les fortes têtes commencent à émerger. Et c’est chez l’une d’entre elles que les ouailles de Rémi Giuitta se rendent ce dimanche à partir de 19h. Depuis plusieurs semaines, Denain apparaît comme l’équipe en grande forme de Pro B. Mardi, les Denaisiens ont enchaîné une sixième victoire consécutive, ce qui porte leur bilan à sept succès en neuf rencontres. Du jamais vu dans l’histoire du club nordiste. Avec la défense comme clé de voute, l’équipe de Remy Valin pourrait poser de gros soucis à nos BYERS.

Côté fosséen, le revers à Nancy semble avoir été digéré. La semaine dernière, c’est une véritable démonstration qui a été proposée par les BYERS contre St Chamond. 28 points d’écart, 133-66 à l’évaluation, cette prestation était sans doute la plus complète de la saison. De très bonne augure avant ce déplacement si périlleux à Denain, puis à Quimper, leader toujours invaincu, vendredi prochain.

Le chiffre : 64,3

L’une des statistiques les plus incroyables de cette saison de Pro B jusqu’à présent. Après sept rencontres, ce chiffre est tout simplement le pourcentage à trois points d’Edouard Choquet. Il va évidemment s’estomper mais il est extrêmement rare, après autant de rencontres, de voir un joueur aussi adroit de loin. Surtout avec un tel volume de shoots (18/28, soit 4 tentatives/match en moyenne). Face aux barbelés de Denain, une telle réussite sera la bienvenue.

Un peu d’histoire :

Denain dans son antre, c’est un peu la bête noire de Rémi Giuitta. Si, à domicile, le coach fosséen l’a presque toujours emporté, à l’extérieur en revanche, c’est bien plus compliqué. Depuis 2009 et l’arrivée de Fos Provence Basket en Pro B, une seule victoire a été ramenée du Complexe Sportif Jean Degros. C’était il y a pratiquement huit ans, en 2012/13, avec le trio Sacha Giffa-Mohamed Hachad-Chris Davis aux manettes. En espérant que cette performance des anciens inspire nos troupes.

Mipoka

NOS BYERS EN MODE ROULEAU COMPRESSEUR

Rémi Giuitta voulait de la constance sur toute une rencontre, chose qui manquait cruellement aux fosséens depuis le début de la saison. Et on peut dire qu’il n’a pas été déçu puisque les BYERS ont largement dominé leur sujet sur le parquet flambant neuf de Parsemain. Face à Saint-Chamond, les coéquipiers de l’excellent Nik Caner-Medley ont sans doute sorti leur meilleure partition de la saison en s’imposant 101-73.

Les « Black&Yellow » ont débuté tambour battant en faisant rapidement un écart avec un Kevin McClain encore en pleine forme. L’entrée de Nik Caner-Medley a permis aux hommes de Rémi Giuitta d’enfoncer rapidement le clou. Si bien qu’à la mi-temps, la rencontre était déjà pliée avec 25 points d’écart ! Malgré quelques sautes de concentration après la pause, les BYERS ont su conserver leur avance en s’appuyant à chaque fois sur un joueur différent pour préserver ou accentuer leur avance.

Tout le monde a participé à la fête et le spectacle a également été au rendez-vous. La soirée a vraiment été parfaite pour les BYers puisque les jeunes Jordan Degre et Ousmane Kaba ont ponctué leur entrée par un panier. Ousmane Kaba a ainsi inscrit les derniers points fosséens du match pour permettre à son équipe de franchir la barre des 100 points !

Box score : McClain (13), Dokossi (6), Hernandez (4), Kaba (2), Degré (2), Choquet (9), Massa (10), Burrows (6), Caner-Medley (18), Mipoka (11), Atamna (2), Diggs (18)

Les réactions d’après-match de Rémi Giuitta et Karim Atamna
Edouard Choquet

LES BYERS FACE AU PIÈGE SAINT-CHAMOND

La Ligue Nationale de Basket a acté la poursuite de ses championnats de Jeep Elite et Pro B pour les prochaines semaines. Pour les Fosséens, les festivités se poursuivent donc avec la venue de Saint-Chamond, ce samedi à la Halle Parsemain (coup d’envoi à huis-clos à 20h). Si les Provençaux ont montré du caractère lors de leur dernier succès acquis face à Aix-Maurienne, il faudra se méfier de cette équipe de Saint-Chamond, toujours difficile à manœuvrer.

Les troupes d’Alain Thinet peuvent notamment se targuer d’être la seule équipe à avoir battu Blois en championnat cette saison. Au-delà de la présence dans la peinture de Jérôme Cazenobe, formé à Fos-sur-Mer, le SCBVG possède aussi quelques franc-tireurs qu’il faudra surveiller de près, que ce soit l’Américain Marcus Relphorde, le trio Guichard-Briki-Hoyaux ou encore l’intérieur Olivier Cortale.

Pour les « Black & Yellow », l’objectif sera de réaliser le meilleur départ possible afin d’empêcher les Saint-Chamonais de s’enflammer et de faire le maximum pour s’éviter une fin de match à suspense, les hommes de Rémi Giuitta ayant eu un peu de mal à « tuer » les rencontres, jusqu’à présent.

Un peu d’histoire : Une belle passerelle entre les deux clubs

Fos-sur-Mer et Saint-Chamond sont deux clubs qui s’apprécient. Le nombre important de joueurs passés par le SCBVG et Fos Provence Basket en est l’un des témoins. Pour commencer, il faut rappeler que Saint-Chamond est l’autre club de cœur de Mamadou Dia, emblématique capitaine fosséen dont le portrait trône désormais sur le mur de la Halle Parsemain. « Le Maire » a notamment passé six saisons dans la Loire avant de poser ses valises en Provence (1999-2005).

Plus récemment, on peut citer Pierre Pelos, qui s’est révélé dans le monde professionnel à Saint-Chamond au cours de la saison 2015-2016 avant de confirmer, à Bourg-en-Bresse puis à Fos-sur-Mer (2017-2019) afin de devenir aujourd’hui un joueur confirmé de Jeep Elite. En 2019-2020, Lucas Hergott et Makram Ben Romdhane ont notamment fait le saut de Saint-Chamond à Fos-sur-Mer, emmenant également dans leurs valises Bodian Massa, prêté un an avec succès dans la Loire en 2018-2019.

Même si Lucas Hergott ne peut malheureusement pas être de la partie pour cette rencontre particulière pour lui, Bodian Massa aura sûrement à cœur de bien figurer face à Alain Thinet, coach emblématique du basket français qui a notamment eu sous ses ordres un certain Momo Sy (actuel manager sportif de Fos Provence Basket) pendant quatre saisons lorsque ce dernier était joueur à Bourg-en-Bresse (1997-2001) et qui a ensuite lancé la carrière en France de Mohamed Hachad, du côté de Saint-Etienne (2007-2008).

Le mot du coach, Rémi Giuitta :

« Il ne faut surtout pas se fier au classement et aux résultats actuels de cette équipe de Saint-Chamond. Il faut prendre en compte le fait qu’ils ont joué pratiquement tous les candidats au haut de tableau de la division : Blois, Nancy, Quimper…Ils ont peut-être eu le calendrier le plus difficile jusqu’à présent.

Comme à leur habitude, ils présentent déjà un collectif bien huilé, probablement l’un des meilleurs du championnat comme c’est le cas chaque saison. Il y a un vrai partage des responsabilités et du ballon. Il y a beaucoup de joueurs expérimentés de la Pro B, entre Jonathan Hoyaux, Matthieu Guichard, Jérôme Cazenobe, passé par notre centre de formation. Ce sont des valeurs sûres. Il faut ajouter à ça le jeune Sofiane Briki, le jeune Florian Leopold. Leur seul joueur étranger Marcus Relphorde, est aussi un joueur très stable mentalement, très efficace.

Comme souvent avec Saint-Chamond, il n’y a pas de star, pas de joueur qui monopolise le ballon, mais un vrai collectif, bien en place. C’est souvent des équipes plus difficiles à défendre. A nous de faire les efforts pour essayer de casser leur jeu collectif, les empêcher de dérouler leur jeu si on veut espérer prendre une victoire à domicile ».

Le chiffre : 21.7

Soit le nombre de passes décisives réalisées en moyenne par match par Saint-Chamond depuis le début de saison. Une statistique qui illustre bien le collectif déjà bien en place de la formation d’Alain Thinet puisque seul Blois fait mieux dans la division avec 22,3 passes décisives par match.

A la troisième place du classement, on retrouve Fos-sur-Mer qui a également choisi de diluer sa force dans le collectif et pointe à 21,5 passes décisives en moyenne en six matchs disputés. Mathieu Guichard est par ailleurs le meilleur passeur de Pro B avec 7,6 passes décisives par match. A Fos-sur-Mer, Jamar Diggs (5,2) et Edouard Choquet (5) sont les meilleurs passeurs de l’effectif de Rémi Giuitta.

Souvenir, souvenir : Raphaël Desroses en sauveur

Ce 8 avril 2016 restera gravé à jamais dans les esprits des supporters présents à Parsrmain ce soir là. Dans une fin de match des plus compliquées face au Saint-Chamond de Pierre Pelos les Fosséens avaient passé un 8-0 dans les 90 dernières secondes du match pour l’emporter 64-63. C’est Raphaël Desroses qui avait été le héros de la soirée avec un dernier 3 points libérateur inscrit en contre-attaque pour permettre aux BYers de s’imposer sur le fil. Un succès renversant qui avait permis aux hommes de Rémi Giuitta de décrocher la deuxième place du classement à l’issue de la saison régulière pour la première fois de l’histoire du club.

Jérôme Cazenobe de retour à la maison

La BYERS Academy a sorti de nombreux joueurs de talent comme récemment Sullivan Hernandez et Bodian Massa. On compte également Louis Labeyrie, médaillé de bronze à la dernière Coupe du Monde avec l’équipe de France, et si on remonte encore un peu dans le temps, on peut mentionner des joueurs comme Kevin Bichard… et Jérôme Cazenobe !

Formé à Fos-sur-Mer entre 2005 et 2008, l’intérieur de 2,03m a réalisé une belle petite carrière en France en N2, N1 puis en Pro B depuis 2013. Après trois saisons à Denain, il a rebondi de fort belle manière à Rouen la saison dernière et fait désormais le bonheur de Saint-Chamond à qui il apporte son expérience et son efficacité des deux côtés du parquet (9,1 points, 7 rebonds, 4,3 passes décisives pour 16,7 d’évaluation en moyenne sur les 7 premiers matchs de championnat). Bienvenue chez toi Jérôme !

Pierre pelos

PIERRE PELOS, À JAMAIS MVP

Il était arrivé sur la pointe des pieds à l’été 2017. Après une année faite de bas et de hauts, Pierre Pelos a été le héros des Finales 2018 contre Roanne. MVP de la série, il a permis à Fos Provence Basket d’atteindre la Jeep Elite. S’il est reparti à Bourg-en-Bresse après la saison 18-19, l’intérieur est toujours bien présent dans les têtes fosséennes.

Pierre, que deviens-tu ?

Je suis parti à Bourg en Bresse en 2019 et on a fait une très bonne saison malgré le Covid. Et cette année, on joue la coupe d’Europe. C’était l’un des mes objectifs de carrière.

Quel est ton meilleur souvenir chez les BYers ?

C’est bien-sûr la finale de Pro B qu’on a gagnée. C’était un moment spécial parce que je marchais sur l’eau à ce moment-là et c’était énorme autant pour moi que le club. On avait une vraie bonne équipe et j’en reparle encore aujourd’hui. Nous étions intouchables. (Sur sa saison et son titre de MVP des Finales) Pendant l’été, je n’avais pas eu une attitude vraiment professionnelle. Je me suis laissé aller et je suis arrivé en surpoids. Je l’ai payé cher et j’ai dû travailler dur pour revenir. Après il y a eu les playoffs, tout ça est allé très vite mais ça s’est finalement bien fini.

Quelle est la particularité de ce club ? Quelque chose qui t’as marqué durant ton passage à Fos-sur-Mer ?

C’est un club très familial, très famille. On me l’avait dit et c’était la vérité. On était peut-être des joueurs pros mais on était tranquille, pas intouchables. On pouvait parler avec les gens normalement et il y en a encore avec qui j’ai des contacts aujourd’hui. Je peux dire que ce sont des amis. J’ai été très bien accueilli et tout s’est très bien passé sur et en dehors du terrain.

Quel coéquipier t’as le plus marqué à Fos ?

Tous les joueurs m’ont marqué parce qu’on a vécu quelque chose de fort. C’est gravé. Mais si je dois citer des joueurs en particulier, je dirais Mam Dia. C’était l’emblème du club. J’ai toujours joué contre lui et quand je suis arrivé, ça m’a fait quelque chose. On a de suite été très proches. Il a été important pour moi et il était là pour m’aider. Il m’a toujours dit que mon heure arriverait et elle est arrivée. Edouard Choquet avec qui j’étais en chambre. J’ai beaucoup discuté avec lui, beaucoup appris grâce à lui. Avec Edouard, on a partagé beaucoup de choses. Dans les déplacements, on était inséparables. Ce sont les deux qui ressortent le plus mais je pourrais dire quelque chose sur chacun.

Que penses-tu de ce titre obtenu en Leader’s Cup par les BYERS en novembre dernier ?

C’est très bien pour le club. Avec le Covid, c’était compliqué de se concentrer. Et personne ne s’est arrêté. Ils y ont cru jusqu’au bout et ils y sont arrivés. Ils ont eu du mérite car le parcours n’était vraiment pas facile. Les blessures, la maladie sont vraiment venus les gêner. Pourtant, ils ont été intouchables. Ils ont affiché un bel état esprit, beaucoup d’âme surtout. Du début à la fin, ils ont dominé leur sujet. Et malgré tout, je ne suis pas du tout surpris qu’ils aient gagné.


Vibrez aux couleurs des Black and Yellow. Halle des Sports Parsemain, 13270 FOS SUR MER

© 2021 Tous droits réservés. Fos Provence Basket et crewstyle.