LES BYERS VEULENT RELANCER LA MACHINE

Les hommes de Rémi Giuitta accueillent une redoutable équipe d’Evreux. La mission des « Black&Yellow » sera simple : renouer avec la victoire après un revers frustrant concédé à Souffelweyersheim.

La belle dynamique des Fosséens a pris un coup samedi dernier en Alsace face à Souffelweyersheim. Un court revers 78-75 qui a piqué un groupe déjà amoindri dans son orgueil. Ce vendredi à domicile face à Evreux, les coéquipiers de Bodian Massa auront l’occasion de se racheter et de relancer la machine afin de rester dans le coup dans la course aux deux premières places.
Comme toujours face à l’ALM, la rencontre sera loin d’être facile, les Eurois faisant en plus partie des équipes en forme du championnat puisqu’ils restent sur quatre victoires consécutives. Les atouts de la formation de Neno Asceric sont connus, entre la force de frappe du trio Tilghman-Barrueta-Zamora, et l’impact de la paire Sidibé-Paschal, le tout étant entouré d’éléments de choix. Les Provençaux devront donc redoubler de vigilance et livrer un match plein pour mettre fin à la série d’Evreux et retrouver le droit chemin !

Un duel de gâchettes ?

La victoire exceptionnelle des Fosséens à Gries-Oberhoffen marquée par la prestation historique de Jamar Diggs, auteur de 28 points à 9/11 à 3-points a contribué à faire des BYers l’équipe la plus adroite du championnat derrière l’arc, avec un impressionnant 43.1% de réussite de loin en près de 24 tentatives par match, soit presque une réussite sur deux !!
Aux côtés de Jamar Diggs, on peut également citer Edouard Choquet, Kevin McClain, Karim Atamna ou encore Jean-Michel Mipoka qui sont également des experts de la discipline, mais attention, car l’ALM Evreux n’est pas en reste !
Les Ebroïciens peuvent également compter sur des gâchettes qui tournent au-delà des 40% de réussite à 3-points, à commencer par le Cubain Yunio Barrueta (45.2%) à ne jamais laisser seul sous peine d’être sanctionné. Il faudra aussi surveiller le meneur américain Austin Tilghman (41.2% de réussite) ainsi que l’arrière ailier espagnol Jhornan Zamora (39%) comme le lait sur le feu !

Le chiffre : 10

Soit le nombre de rebonds gobés en moyenne par match par l’intérieur de l’ALM Evreux Amadou Sidibé, leader statistique de la division dans cette catégorie. A noter que les Fosséens sont plutôt bien classés dans le classement des meilleurs rebondeurs, entre Allan Dokossi (8.9 rebonds par match, troisième meilleur rebondeur de Pro B) et Nik Caner-Medley (8 rebonds par match, 6e).
Au niveau de l’équipe, Fos-sur-Mer est la quatrième meilleure de la division au rebond avec 37.7 prises en moyenne par match. Evreux pointe pour sa part à la 12e place (34.4 rbonds par match).

Un peu d’histoire : la première victoire de l’histoire du club en Playoffs

L’histoire retiendra que c’est contre l’ALM Evreux que le club fosséen a participé pour la première fois aux playoffs de Pro B, dès sa deuxième année en seconde division, lors de l’exercice 2010-2011. 4èmes de la saison régulière, les « Black&Yellow » avaient eu l’avantage de recevoir en premier et de lancer au mieux cette série en réalisant un superbe match remporté 76-62 à Parsemain, avant d’aller arracher le match 2 à Eveux (64-75), synonyme de qualification. Sherman Gay avait terminé meilleur marqueur des deux rencontres (19 et 15pts). Rémi Giuitta et Mamadou Dia sont aujourd’hui les deux seuls « rescapés » de cette épopée qui s’est arrêtée au match 3 des demi-finales, contre la JSF Nanterre, futur championne de France (et d’Europe).

La saison dernière : Caleb Walker, l’ancien ébroïcien au secours des Fosséens

Peu avant la suspension de la saison 2019-2020, Fos Provence Basket avait signé une précieuse victoire à Parsemain face l’ALM Evreux (73-70). Clin d’œil sympa de l’histoire, c’est Caleb Walker, ailier hyperactif passé par Evreux entre 2016 et 2018, qui avait joué un vilain tour à son ancienne équipe.
Parmi les meilleurs scoreurs du championnat en 2019-2020, Caleb Walker avait terminé meilleur marqueur du match avec 24 points à 7/10 au tir et s’était montré précieux dans le « money-time », même si c’est Charles-Noé Abouo qui avait inscrit le panier de la victoire en contre-attaque.

LET’S GO BYERS